Un Passé Oublié, Association pour l'étude, la protection et la mise en valeur du patrimoine minier et industriel du Haut-Doubs - Métallurgie ancienne - Fer - Archéologie minière













3 Photos Zoom Photo précédente Pause Lecture Photo suivante
Le chemin du fer

Le Chemin du fer

des Longevilles Mont d'Or

 

En 2004, notre association grâce à l'aide financière de différent partenaires a aménagé un parcours de découverte sur les anciens sites miniers des Longevilles Mont d'Or. Si les vestiges de ces exploitations ne sont pas toujours accessibles car souterrains, il reste de nombreuses traces dans le paysage de surface que l'on peut essayer d'interpréter en les recoupant avec les sources documentaires et les découvertes de l'association.

 

Descriptif :

Longueur : 4,5 kilomètres

Dénivellation positive : 150 mètres

point bas : 920 mètres

Point Haut : 1070 mètres

Point de départ : Mairie des Longevilles Mont d'Or, rue du Crêt

Stationnement : parking face à la mairie environ 20 places.

 

Cheminement général : depuis la mairie des Longevilles Mont d'Or, le chemin du fer se dirige d'abord vers le sud dans un talweg appelé la Combe Minier entaillant le flanc nord du Mont d'Or. Ensuite, le chemin se dirige au nord-est à flanc de l'anticlinal jusqu'aux Seignots. De là, le chemin revient sur les Longevilles Basses par un itinéraire à peu près parallèle mais situé un peu plus bas sur le flanc de la montagne.

 

Cheminement détaillé : depuis la mairie, lorsque vous êtes face à celle-ci, prendre à gauche vers le sud. Quelques dizaines de mètres après la mairie, à une petite patte d'oie, quitter la rue du crêt et prendre à droite la rue de la combe. La rue remonte la rive droite d'un petit ruisseau.

Après la dernière maison du village, la rue goudronnée laisse place à un chemin carrossable. Environ 200 mètres après avoir quitté le village, vous observez sur la gauche une petite retenue d'eau, et au dessus de celle-ci, un réservoir. Au niveau de ce réservoir, on quitte le sentier carrossable pour prendre à gauche un petit sentier qui reste au fond du talweg et remonte la rive gauche du torrent.

Après quelques dizaines de mètres, le sentier oblique à gauche et franchi le torrent par une petite passerelle en bois. Juste après cette passerelle, vous observez un petit cratère légèrement surélevé d'environ 5 mètres de diamètres.

 

1.Un ancien patouillet ? Cet emplacement qui n'a pas encore fait l'objet de fouilles peut- être un emplacement de stockage, de tri ou de nettoyage du minerai. Sa situation proche du cours d'eau en aval des exploitations est favorable à cette hypothèse. Peut-être est-ce l'emplacement d'un ancien patouillet ? Installation où le minerai était trié grâce à l'eau du ruisseau.

 

Au niveau de ce cratère, tourner à droite à 90° et continuer à remonter le ruisseau. Vous êtes ici sur le site de la Combe Minier.

30 mètres après le cratère, le sentier tourne à gauche, mais vous pouvez quitter à cet endroit le sentier pour obliquer à droite, franchir à nouveau le ruisseau et observer une entaille dans la montagne donnant accès à l'entrée d'une ancienne galerie de mine aujourd'hui matérialisée par des tuyaux en béton.

 

2.La galerie de la combe : Cette galerie découverte le 12 mai 2001, d'une quarantaine de mètres de long est creusée entièrement dans des sédiments datant des époques glaciaires. La partie explorée ne traverse à aucun moment des couches contenant du minerai. Il ne s'agissait donc pas d'une galerie d'exploitation. Peut-être était-ce un travers banc qui donnait accès au minerai dans une partie plus profonde aujourd'hui inaccessible ? Peut-être cette galerie permettait-elle d'évacuer le minerai mais également de drainer les eaux susceptibles d'inonder les parties supérieures de la mine. Les documents du début du 19° siècle ne font pas état de l'existence d'une telle galerie. Peut-être correspond-elle à des exploitations plus anciennes ? Lors de la découverte, des vestiges de voies de roulement ont été mis au jour.

 

Revenir sur ses pas pour retrouver le sentier. Celui-ci quitte le fond du talweg pour monter sur le rebord d'un entonnoir visiblement d'origine artificielle d'environ 4 mètres de profondeur situé en forêt. Le contourner par la droite en faisant le tour presque complètement, et remonter le talus pour aboutir sur un chemin goudronné que l'on suit vers la gauche sur quelques mètres et que l'on quitte immédiatement pour prendre à droite un chemin empierré qui remonte en obliquant sur la gauche.

Au bout d'environ 100 mètres, on quitte ce chemin pour prendre à gauche un petit sentier longeant un petit murger. On observe bien derrière ce murger dans la forêt, de profondes dépressions, vestiges des exploitations minières.

 

Le sentier chemine ensuite au fond d'une étroite tranchée de 3 à 4 mètres de profondeur probable vestige d'une exploitation de surface.

On quitte la tranchée par quelques marches pour déboucher sur une zone très perturbée faite d'une suite d'entonnoirs. Le sentier quitte cette zone par un passage de quelques mètres très abrupte sur la droite pour revenir sur le chemin carrossable. On suit le chemin jusqu'à une route goudronnée appelée route de la vierge.

Avant la route, sur la droite, vous observez une zone entièrement décimée par la tempête de décembre 1999 qui fit 35 000 m3 de chablis sur la commune.

Le sentier traverse la route, entre dans la forêt et débouche à nouveau dans une nouvelle succession d'entonnoirs. Après ces entonnoirs, sur la droite du sentier on observe un début de couloir dans le flanc de la montagne. Il s'agit là de l'accès pour l'instant rebouché de la galerie des Seignots.

 

3.La galerie des Seignots : Cette galerie fut découverte le 25 octobre 1999. Elle se développe sur une longueur d'environ 30 mètres. Cette découverte nous a permis de mieux comprendre les techniques d'extraction employées dans la région. La galerie donne accès à une zone où le minerai a été exploité en suivant la couche qui est inclinée entre 55 et 60 degrés. Toute la zone exploitée est soutenue par des boisages. Lors de sa découverte, la partie basse de la mine était noyée.

 

Le sentier oblique ensuite à gauche. Juste avant de retomber sur la route, le sentier repart à droite, escalade une petite butte, traverse un secteur déboisé par la tempête et retrouve la route au niveau d'une place aménagée pour le stockage des bois. Prendre la route vers la droite sur environ 100 mètres puis la quitter par la gauche pour prendre un sentier qui s'engage dans un pâturage. Le traverser suivant le sentier le plus à gauche et rentrer à nouveau en forêt. Après quelques centaines de mètres, le sentier débouche en haut d'une nouvelle pâture. Depuis ce point, on bénéficie d'un joli point de vue sur la vallée du Doubs, les villages de Rochejean, des Longevilles Basses et l'entrée de la cluse du Fourperet d'où débouche la ligne de chemin de fer, autrefois parcourue par le Simplon Orient Express, train prestigieux d'entre les deux guerres et pour lequel fut percé le tunnel du Mont d'Or.

Le sentier traverse la pâture en diagonale pour retomber sur une rue goudronnée menant à la grotte de la vierge, surplombant le village, puis au parking de la mairie, votre point de départ.



© 2010-2017 Association Un Passé Oublié • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales